Dès notre plus jeune âge, il a fallu prendre une décision, choisir un camp.

Et il ne fallait pas se tromper parce que notre mère n'allait pas nous laisser retapisser toute notre chambre, il fallait choisir LE bon poster à accrocher au dessus du lit.

 

brandonBrendon, le premier de la classe ou le rebelle Dylan, au front plissé.

dylan mc kay

 

 

 

 

 

 

dawson

Dawson, le bon copain avec qui regarder un film ou Pacey, avec qui faire l'école buissonnière.

pacey

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis les posters se sont transformés en fond d'écran d'ordinateur et finalement, les dilemmes sont devenus de moins en moins cornéliens.

 

 

titanic Diner avec le très respectable Machin ( dont tout le monde à oublier le nom) ou fôlatrer dans une voiture avec Jack.

 

titanic jack

 

 

 

 

 

 

 

cyclope Jouer aux billes avec Cyclope ( et donc avoir la garantie de gagner) ou jouer au docteur avec Wolverine.

 

wolverine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

legolas Se brosser mutuellement les cheveux avec Legolas ou se rouler dans la boue avec Aragorn.

aragorn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La question ne se pose même plus. (D'ailleurs, remarquez l'absence de points d'interrogation, tout ceci est purement rhétorique!)

On le veut LUI, l'Homme, le vrai. Le mâle dominant, rebelle, sauvage, libre (comme dans une publicité pour parfum).Tatoué, couvert de cicatrices, le cheveux long, le regard perdu, torturé, un peu sâle (oh ça va, comme si j'étais la seule à ne pas rester de marbre devant un Stanley Kowalski transpirant).

 

 

marlon brando

 

C'est officiel, on aime les mauvais garçons.

 

marlon brando stanley Kowalski

 

 

Mais pourquoi?

Je me suis beaucoup trop impliquée dans cet article, mon clavier est imbibée de bave, je frôle le problème technique: Réponse demain!